Les différentes utilisations du Raspberry Pi

No Comment Yet

Aujourd’hui, nous nous retrouvons pour un article qui n’est pas un tutoriel, qui ne traite pas réellement de matériel, ni encore de logiciel mais pour un article plus généraliste, qui va traiter des différents usages possibles de la Raspberry.

Il est bien évidemment impossible de dresser une liste exhaustive des projets réalisables avec la framboise. Cependant, il est possible de distinguer un certain nombre d’usages globaux de celle-ci.

Notre but sera ici de vous dresser une liste de ces usages, et de vous expliquer un petit peu plus en quoi ils consistent.

Les serveurs

Sous ce terme généraliste se découpe en fait plusieurs types de serveurs (que nous détaillerons un peu plus loin). Cependant, il existe un point commun entre tous, c’est que la Raspberry ne sera pas, a priori, utilisée de façon directe, branchée à un écran et un clavier par exemple.

Dans le cadre d’un serveur, la Raspberry sera branchée et en fonctionnement en permanence, sans la moindre interruption. Elle restera probablement proche de la box internet, et sera contrôlée à distance via SSH, le moins souvent possible, le fait d’avoir besoin de prendre le contrôle d’un serveur étant en général dû un problème de celui-ci.

Dans cette optique, on visera la stabilité du système, ce qui signifie probablement l’utilisation d’une distribution Raspbian.

De façon générale, les serveurs demandent une capacité à gérer une forte montée en charge (c’est-à-dire une augmentation importante du nombre de ressources nécessaires, notamment quand de nombreux utilisateurs se connectent de façon simultanée).

Cela signifie par exemple que ces serveurs nécessitent des cartes SD permettant une écriture rapide, et une Raspberry de type B, avec plus de RAM. Cependant, ils n’ont normalement pas besoin Wifi, ni de clavier sans fil. Le type de serveur fera varier la quantité de mémoire nécessaire.

Pour plus d’informations sur les accessoires à vous procurer pour votre Raspberry, vous devriez aller faire un tour sur le tutoriel dédié aux accessoires de la Raspberry.

Dans le cadre des serveurs, on distingue là aussi plusieurs grandes catégories :

Le serveur web

Il s’agit d’un serveur visant à héberger un ou plusieurs sites web, qui devront êtres accessibles depuis l’extérieur.

Ces serveurs sont souvent utilisés par des développeurs souhaitant avoir la main sur toute la configuration de leur serveur, sans investir une fortune chez un hébergeur professionnel pour un serveur dédié, et sans avoir à acheter un véritable serveur, très cher, très encombrant, souvent bruyant, peu esthétique.

Par ailleurs, la framboise faisant tourner un système UNIX, souvent GNU/Linux, elle permet facilement l’installation d’un serveur web. D’autant plus que de nombreux tutoriels expliquent comment installer un serveur web, notamment sur Raspbian, ou encore comment le rendre accessible via internet.

Pour cette utilisation, la Raspberry est vraiment l’ami des développeurs web, notamment les étudiants souhaitant pouvoir continuer à mettre de la sauce tomate dans leurs pâtes.

Le serveur de stockage

Il s’agit d’un serveur qui permet de stocker vos fichiers pour y avoir accès depuis n’importe où. Il s’agira en général d’un serveur dit « FTP », c’est-à-dire une machine exécutant un logiciel permettant de traiter le protocole « File Transfert Protocole », qui est un protocole dédié au transfert de fichier.

Ce type d’utilisation est relativement plus grand public que celle du serveur web. Cependant, il n’est pas rare que les deux utilisations se recoupent.

Il est à noter que l’utilisation d’un serveur FTP n’est pas toujours mise en place, et que certaines personnes lui préfèrent l’utilisation d’une connexion SFTP, c’est-à-dire permettant le transfert de fichier, via protocle SSH.

Le serveur de service

Il s’agit d’un serveur un peu à part, qui vise à héberger un service, en général pour pouvoir y accéder depuis n’importe ou. On entend par « service » un logiciel, mais qui ne sera pas un client, c’est-à-dire un logiciel tournant au niveau de la machine de l’utilisateur, et permettant de faire des appels vers une entité centrale. Il va justement s’agir de cette entité centrale, responsable des opérations, des calculs, de la coordination des différents clients, etc.

Cette catégorie peut regrouper les serveurs de jeu, mais aussi ceux fournissant des services moins grand public, par exemple des VPN, des serveurs uniquement de base de données, ou encore des serveurs de temps (serveur fournissant une heure, afin par exemple de pouvoir synchroniser d’autres machines).

Par certains cotés, les serveurs de stockage ou même les serveurs web sont eux-mêmes des serveurs « de service ».

L’utilisation multi-média

Il s’agit là d’un des usages les plus développés du Raspberry Pi. Sous l’idée de multi-média pointe en fait surtout celle de média-center.

Un média-center, c’est un système informatique venant normalement se greffer à la télévision, et permettant de compléter les services basiques d’une télévision, en lui rajoutant une interface plus conviviale, mais surtout un accès internet, la possibilité de stocker et de lire de la musique, des images, des vidéos, et éventuellement d’autres types de fichiers.

Certains média-center intègrent des fonctionnalités encore plus poussées, comme la possibilité de jouer à des jeux vidéos, de sauvegarder facilement des fichiers en ligne, voir d’accéder au média-center depuis l’extérieur, via internet.

Le problème avec les média-center, c’est qu’ils sont relativement chers, et propriétaires, et que vous ne pourrez donc pas les faire évoluer. C’est pourquoi de nombreuses personnes se sont orientées vers la Raspberry Pi pour un usage de média-center.

Pour cela, on utilise souvent le logiciel XBMC. Ce dernier permet la lecture de nombreux formats vidéos, la mise en place de playlist, une connexion à internet, une récupération automatique de données sur l’Internet Movie Database, et plein d’autres fonctionnalités, dont la possibilité d’ajouter des scripts Python à XBMC pour lui ajouter de nouvelles fonctionnalités.

De plus, avec son interface élégante, XBMC peut-être facilement contrôlé avec une télécommande, ou un clavier sans fil. Là encore, nous vous conseillons de faire un tour sur l’article dédié aux accessoires pour la Raspberry.

La domotique

La domotique c’est quoi ? Il s’agit des techniques qui permettent de centraliser la gestion des différents équipements d’une maison. Pour le dire plus simplement, il s’agit de pouvoir contrôler votre maison via ordinateur.

Gérer le chauffage, recueillir des données sur votre maison (par exemple pour mieux gérer vos dépenses d’énergie), allumer ou éteindre vos lampes à distance, démarrer la télé, etc.

Le problème avec la domotique, c’est que c’est une chose dont on parle beaucoup, mais que l’on voit finalement assez peu. Il n’existe pas beaucoup d’interfaces complètes, et elles sont assez chères.

Mais la Raspberry Pi est là pour résoudre ce problème. En effet, comme elle est de taille réduite, elle peut facilement s’intégrer dans une pièce. De plus, avec ses nombreuses sorties, notamment GPIO, elle peut accueillir de nombreux modules pour communiquer avec des équipements domotiques.

Il existe par ailleurs de multiples interfaces pour la Raspberry dédiées à la gestion domotique, notamment Domoticz.

Les systèmes embarqués

Il s’agit là d’un usage très important de la Raspberry, mais à destination d’un public averti. Nous passerons donc rapidement dessus.

La framboise étant particulièrement petite, et possédant des entrées GPIO, elle est souvent utilisée dans le cadre de projets liés à l’électronique, en tant que contrôleur central d’un système informatique, etc.

De nombreux projets émergent, comme le contrôle d’une voiture télécommandée avec caméra, des drones, ou même un amusant projet sur le piratage de drone.

Un ordinateur, tout simplement

On l’oublie souvent, mais avant tout la Raspberry Pi est un ordinateur. Petit, bon marché, et souvent suffisant pour bien des utilisations.

C’est sa raison d’exister. Fournir une alternative aux personnes n’ayant pas les moyens d’acheter un ordinateur standard. Permettre d’encourager l’apprentissage de la programmation.

Que ce soit pour un programmeur voulant une machine d’appoint sous Linux, pour un particulier voulant utiliser un ordinateur sans avoir besoin d’une puissance de calcul hors du commun (ce qui est quand même le cas de 90 % des personnes, qui ne veulent faire ni de 3D, ni de jeux vidéos, mais uniquement pouvoir naviguer, travailler, consulter leurs mails, et de temps à autre regarder une vidéo), ou même pour permettre à votre grand-mère d’envoyer des mails à ses petits enfants, ou de les voir sur Skype, Mumble, ou autres.

La Raspberry c’est avant tout un ordinateur. Un ordinateur de qualité, qui consomme peu, qui prend peu de place, et qui est très bon marché !

Finalement la Raspberry ça sert à quoi ?

Finalement la Raspberry, ça sert à tout. On ne peut pas lister toutes ses utilisations.

Elle est certes souvent utilisée comme serveur, comme média-center, comme gestionnaire domotique, ou encore pour de l’embarqué, mais c’est avant tout un ordinateur, qui permet de faire toutes les choses que permettent les autres ordinateurs, pour 400€ de moins…

CheneyBilodeau
Up Next

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *